• EnglishFrançais
Advanced Search
we found 0 results
Your search results
Posted by France Ermitage on 23 septembre 2021
| 0

Les passoires thermiques

 

Vous en avez sûrement entendu parler, mais savez-vous de quoi il s’agit réellement ?

Les passoires thermiques

Passoire thermique c’est le nom que l’on donne aux logements énergivores. Ils posent un double problème : d’un point de vue environnemental, ces logements ont un bilan carbone très élevé. D’un point de vue économique, ils coûtent également très cher à leurs occupants. Le texte officiel les décrit comme « tout logement classé en étiquette F et G au barème DPE ».

La France a inscrit la rénovation de ces logements comme une priorité en matière de transition écologique.

Pourquoi parle-t-on des passoires thermiques

L’État français va interdire la mise en location des logements classés G à partir de 2023. Cela concerne 70 000 logements privés en France. 
Les propriétaires de ces logements sont donc encouragés à réaliser de gros travaux de rénovations énergétiques dans leur bien d’ici 2023. En 2028, cette loi concernera également les logements classés F !

Qu’est-ce que le DPE ?

Il s’agit d’un barème de notation des performances énergétiques d’un logement. Ce barème va de la lettre A pour les logements très économiques en énergie à la lettre G pour les plus énergivores. Il est souvent remis en question et sa méthode de calcul va être améliorée au cours des prochaines années.

Quels changements attendre pour le DPE ?

La fiabilité du DPE est souvent remise en question, c’est la raison pour laquelle son calcul va être réformé. Première amélioration : Tous les logements seront soumis à la même méthode de calcul et ce peu importe leur date de construction. Et deuxième amélioration : Le DPE deviendra désormais opposable, c’est-à-dire que le locataire d’un logement pourra l’utiliser pour exiger des rénovations à son propriétaire.

Quels types de travaux pour améliorer son DPE ? 

Ce sont souvent des travaux d’isolation très onéreux. Il faut compter entre 15 000 et 25 000 pour gagner une à deux classes énergétiques. Cependant l’État a mis en place des primes, notamment « Ma Prime Renov’ ». Cette prime destinée aux bailleurs est soumise à des conditions de ressource et dépend du montant total des travaux. Attention, elle peut être demandée pour la rénovation de 3 logements maximum.

Compare Listings